RÉCEMMENT PARUS

#38

RELIGION ET COMMUNICATION

Sous la direction de David Douyère, Stéphane Dufour et Odile Riondet

Les religions recourent depuis toujours à la communication : textes sacrés et commentaires, prédication, mobilisation ou refus de l'image, rassemblement…aujourd'hui la prière s'effectue aussi sur internet. Le judaïsme, le christianisme et l'islam, ainsi que la laïcité, sont ici étudiés dans leur rapport à la communication. Dix-sept chercheurs proposent leur analyse pour comprendre comment et pourquoi ...
Accéder aux archives
#37
LES TERRITOIRES DU VIRTUEL Mondes de synthèse, univers virtuels, serious games, sites de rencontre…
Sous la direction de Anolga Rodionoff
#36
HANDICAP & COMMUNICATION
Sous la direction de Bernard Darras & Dannyelle Valente
#35
SCIENTISME(S) & COMMUNICATION
Sous la direction de Aurélie Tavernier

APPEL À CONTRIBUTION

#44

EN TANT QUE DIRECTEUR DE PUBLICATION

Dirigez le prochain numéro de le revue MEI.

picto_fleche_droite  Je souhaite contribuer en tant que directeur 

#43

COMMUNICATION ET ARCHITECTURE Sous la direction de Patrizia Laudati & Hafida Boulekbache

EN TANT QU’AUTEUR D’UN ARTICLE

La ville est un espace polyphonique, au sens de (Lamizet, 2007) ; un espace qui met en scène l’architecture et par là plusieurs systèmes d’expression et de signification. Issue de divers projets et produit d’une conception multi-acteurs et d’identités plurielles, la ville se fonde aussi sur des histoires individuelles et collectives, dont dépendent les différentes modalités d’appropriation et les pratiques d’usage. Ce numéro de M.E.I. souhaite faire le point sur les recherches en communication, appliquées au domaine de l’architecture, s’intéressant à une ou plusieurs des dimensions suivantes :
-       L’écriture des espaces urbains. Le processus de conception (depuis l’esquisse jusqu’au projet) met en œuvre des actions relevant de la médiation spatiale, sociale et culturelle.
-       Les dispositifs techniques et technologiques de représentation des espaces, qui prennent en compte l’échange d’informations, plus ou moins normalisées, entre les différents acteurs de l’acte de construire.
-       La lecture des espaces urbains par leurs usagers. Les caractéristiques ontologiques des espaces et leur composition renvoient à une multitude de perceptions et de représentations qui renouvellent sans cesse le sens qu’on leur attribue.
-       Les pratiques de et dans les espaces urbains. Les pratiques de la communication urbaine s’élaborent autour d’une double médiation : spatiale – car la configuration de l’espace urbain structure la pratique  –  et sociale, car le contexte social donne un sens aux formes d’usage de l’espace.
-       Les outils méthodologiques pour penser de façon adéquate le phénomène urbain et les interactions avec les usagers. Ce numéro s’inscrit dans un cadre interdisciplinaire faisant appel aux SIC, à l’Architecture et à l’ingénierie urbaine, à la sémiotique spatiale, aux cultural studies

Ce numéro est dirigé par Patrizia Laudati (Patrizia.Laudati[a]univ-valenciennes.fr) et Hafida Boulekbache (hafida.boulekbache[a]univ-valenciennes.fr)

#42

EXPOSITION & COMMUNICATION Sous la direction de Nanta Novello Paglianti & Eléni Mitropoulou

EN TANT QU’AUTEUR D’UN ARTICLE

De l’histoire de l’art à l’archéologie, de la philosophie au droit, de la sociologie aux sciences de la communication, de l’anthropologie aux études culturelles, des sciences de l’éducation aux sciences du design, etc., le nombre des sciences humaines concernées par les problématiques contemporaines de l’exposition est grand. Ce numéro 42 de la revue MEI consacré à la question de l’Exposition invite à penser celle-ci, dans sa production et en vue de sa réception, comme un dispositif de communication aux enjeux fondamentalement « sémiotiques ». Nous souhaitons que les approches proposées traitent, depuis un ancrage sémiotique ou sémiologique (autant théorique que méthodologique) des pratiques d’exposition actuelles, telles qu’elles se manifestent dans les milieux institutionnels, ou non.

Il s’agit d’observer la relation entre le potentiel d’une collection (notamment d’art contemporain mais pas uniquement) et la médiation assurée par la ou les exposition(s) réalisée(s) dans des lieux dédiés (musée, centres d’art, etc.) ou privilégiés (Universités, Écoles d’art, par exemple).

La priorité de la problématique de ce numéro n’est donc pas l’œuvre d’art en soi mais les moyens de communication (humains, matériels, spatiaux, temporels, etc.) utilisés pour diffuser, faire connaître, promouvoir, interpréter une collection, un artiste, un domaine de connaissance, un concept.

Les directrices de ce numéro sont Eleni Mitropoulou (eleni.mitropoulou[a]unilim.fr) et Nanta Novello Paglianti (nanta.novello-paglianti[a]u-bourgogne.fr)

#41

DESIGN & COMMUNICATION Sous la direction de Bernard Darras & Stéphane Vial

EN TANT QU’AUTEUR D’UN ARTICLE

Si le XXe siècle a été celui de la naissance des théories de la communication, il a également été celui de la naissance du design, considéré à la fois comme profession et comme discipline. Une telle concomitance ne saurait être le fruit du hasard et invite au questionnement.

En s'offrant aux commanditaires comme une « arme de communication massive » (Vial, 2014), le design a en effet profondément modifié et influencé les pratiques communicationnelles durant ces cinquante dernières années. Dans les pays anglo-saxons, on parle d'ailleurs de communication design pour désigner la branche spécialisée du design qui consiste à concevoir et mettre en forme des messages et des dispositifs « communicants ». En France, depuis Roger Tallon, on distingue au sein du design trois grands champs : le « champ de l'aménagement de l'espace » (architecture, urbanisme), le « champ de la production » (objets, produits) et le « champ de la communication » (signes, messages).

En outre, le projet ou l'acte de design peut être considéré comme étant en soi « un acte de communication » : un artefact bien conçu est un artefact qui « parle de lui-même » à l'utilisateur (Norman, 2002). C'est pourquoi la sémiotique des objets  (Darras & Belkhamsa, MEI 30-31, 2009 ; Beyaert-Geslin, PUF, 2012) et la sémiotique du projet offrent des outils analytiques et systémiques aux designers. C’est ce que confirme l’enquête internationale sur les relations entre les sémioticiens et les designers (Darras, SIGNATA Vol. 3, 2012), dans la mesure où « le sémioticien accompagne le travail du designer dans l’organisation de la signification (du concept) et dans l’efficacité de sa communication » (Deni, 2009). Non seulement les produits du design doivent être compréhensibles pour leurs utilisateurs mais, pour Krippendorff (2006), il faut aller jusqu'à dire que « le design est une fabrique du sens des choses ».

Enfin, depuis une quinzaine d'années, tous les designers de toutes les spécialités sont confrontés à la nécessité d'intégrer la dimension de la communication dans leur travail. Désormais, « le projet n’est pas achevé tant qu’il n’est pas communiqué » au point où « bien souvent, il ne s’agit plus de vendre tel ou tel produit, mais bel et bien de se vendre » (Colin, 2003). Comment le design se communique-t-il auprès des publics, que ce soit dans les médias, les galeries ou les musées ? Comment le design s'expose-t-il ? Quelle médiation culturelle pour le design ?

Ce numéro de MEI entend interroger la diversité des points de rencontre entre communication et design d'une part, et entre design et communication d'autre part. Comment les théories et les pratiques de la communication s'articulent-elles aux enjeux du design ? Dans quelle mesure et de quelles manières le design est-il un objet des sciences de l'information et de la communication ? Comment ces dernières accueillent-elles le design et approchent-elles ses problématiques ? Le design fonctionne-t-il comme un média qui matérialise de la pensée ? Et réciproquement, comment les théories et les pratiques du design considèrent-elles les enjeux de la communication ? Dans quelle mesure la communication est-elle un objet de design ? Comment la culture design s'articule-t-elle aux enjeux des sciences de l'information et de la communication ?

Dans ce but, toutes les formes de design sont convoquées et pas seulement celles qui, comme le design interactif et le design numérique, sont directement liées aux technologies de l'information et de la communication ou celles qui, comme le design graphique ou le design d’information, font partie intégrante du design de communication. Le design de produits, le design architectural, le design paysager, le design urbain, l'écodesign, le design textile, le design de mode, le design management, le design stratégique et le design social, etc. sont également concernés par les enjeux de la communication.

Les abstracts de 300 mots doivent être envoyés aux adresses suivantes :
bernard.darras [at] gmail.com et hello [at] stephane-vial.net.

Deadline : 30 Avril 2015. 
Les abstracts seront soumis au comité de lecture.

Apportez votre contribution pour les prochains articles de la revue MEI.

picto_fleche_droite  Je souhaite contribuer en tant qu’auteur 

SOUS PRESSE

#39

LE LEVAIN DES MÉDIAS : FORME, FORMAT, MÉDIAS

Sous la direction de Guillaume Soulez & Kira Kitsopanidou

Quelles sont précisément les relations entre les formes audiovisuelles et les médias ? Les chercheurs et professionnels réunis dans ce numéro étudient de près l’importance des « grandes formes » (les conventions, les genres, les formats de la télévision ou du web) qui sont au cœur des médias contemporains. Deux dimensions sont particulièrement étudiées : la structuration croissante du cinéma et de l’audiovisuel par les « formats » et les relations entre médias – ou « intermédialité »- liées au développement d’un cinéma ou d’une télévision en ligne comme nouvel espace de contraintes et d’innovation. Cause d’un modelage formel, le média peut aussi être vu comme le moteur d’une activation de certaines formes audiovisuelles, en lien avec les publics, ce qu’on peut appeler le « levain » des médias. Etudiants, professionnels, chercheurs, amateurs…, ce numéro est pour tous ceux qui s’intéressent à l’évolution actuelle du cinéma, de la télévision et des formes voisines (jeu vidéo, clip) et aux nouvelles formes audiovisuelles, tel le webdocumentaire auquel est consacré la troisième partie. L’approche proposée est multi-disciplinaire : du droit à la réception, en passant par l’économie (production, marketing) et l’analyse des formes et des discours. De nombreux professionnels participent à ce numéro sous forme d’articles ou d’entretiens.

EN COURS

#40

SANTÉ PUBLIQUE & COMMUNICATION

Sous la direction de Michael Rinn

La santé publique cherche à sauvegarder, à protéger et à améliorer le bien-être de la population. Pour y parvenir, elle poursuit deux objectifs : 1. Etudier les problèmes de santé pour comprendre leurs origines épidémiologiques et socioculturelles. 2. Intervenir auprès de la population générale et des personnes vulnérables pour promouvoir des mesures de soin, de protection et de prévention. En santé publique, la communication participe au second objectif qui consiste à transmettre des modes de comportement adaptés aux risques sanitaires, aux dangers environnementaux, à la prévention des accidents, à l’éducation du « safer sex », à l’amélioration des soins et des conditions de vie, ainsi qu’à la mise en place de nouvelles règles civiques. Ce numéro de MEI cherche à montrer comment l’interaction entre santé publique et communication institue un dispositif de propagande d’une nouvelle idéologie hygiéniste du souci de soi et du gouvernement du social dans l’intérêt de tous. Articulant des concepts clés du libéralisme contemporain comme la responsabilité de soi, le libre choix et l’universalisme non discriminatoire, la communication de la santé publique revêt plusieurs dimensions : les usages (les différentes pratiques de représentations et de sensibilités culturelles) ; les genres (la définition des groupes à risque et de personnes vulnérables) ; la politique (la promotion de l’idéologie hygiéniste) et l’éthique (l’adoption des nouvelles règles de vie de société) Ce numéro s’inscrit dans un cadre interdisciplinaire, faisant appel aux sciences de l’information et de la communication, à la sémiotique visuelle, à la science politique, aux sciences du langage. Le corpus du recherche englobe les supports médiatiques susceptibles d’influer sur l’opinion : sites internet ; réseaux sociaux ; campagnes de publicité par spots télévisées ; affiches ; annonces ; feuilles volantes ; brochures. Le directeur de ce numéro est Michael Rinn.
NUMÉROS CONSULTABLES
RECHERCHE DANS LES ARCHIVES
Ex : titre, auteur, numéro…
AménagementAnthropologieArtBande DessinéeBeaux ArtsCivilisationCommunicationCorpsCultureDesignÉcranEspaceÉthnologieÉtude culturelleFormatFormeHandicapHistoireIcôneImageInternetJeuLittératureMédiaMédiationMémoireMultimédiaMusiqueNombreObjetOrganisationRechercheReligionSantéSavoirScientismeSexeSociologieSonSymboleTélévisionTerritoireTransparenceUrbanismeVinVirtuelVoix