Entretien

Au sein des sciences de l’information et de la communication, des jeunes chercheurs ont mené depuis 16 ans des recherches remarquables qui ont permis de valider, préciser, développer les bases de la réflexion concernant la dimension communicationnelle des pratiques muséales. Celle-ci m’était apparue très fortement dans les études de public menées à la cité des sciences dans les années 90. Rappelons que les visiteurs, lorsqu’ils sont dans les expositions, ne sont pas face à une « offre » dont ils font usage, ils sont sensibles au fait que des personnes, inconnues, ont voulu leur montrer, leur dire, leur faire faire quelque chose. Les travaux de Sophie Deshayes sur le goût des savoirs, de Camille Jutant sur les manières de s’ajuster à ce qui leur est proposé, les thèses en cours de Judith Dehail et Laurence Salvator, ont considérablement approfondi cette question du sens de la pratique de visite dans un espace institutionnel.