Le phénomène « carte blanche ». Pratiques de communication dans le musée MUDAC

Disponible en version imprimée

Chiara Rubessi

MOTS-CLÉS : objet, design, musée, communication, scénographie, expérience, exposition.

Cet article est issu d’une recherche sur l’exposition temporaire nommée « carte blanche à un designer » au MUDAC. Depuis 2002, des expositions de design ont été réalisées au MUDAC (Musée de design et d’arts appliqués contemporains) de Lausanne. Ce type d’exposition est une spécificité du musée qui est née afin de « mettre en valeur » et transmettre la qualité et le travail d’un designer. Le MUDAC donne, chaque année, à un ou plusieurs designers un espace où non seulement exposer leurs objets, mais surtout créer leurs propres formes et leur propre espace de communication. Ainsi, le designer devient temporairement commissaire et scénographe. On peut par ailleurs s’interroger sur les enjeux d’une relation complexe entre le designer et l’espace où essayer de transmettre un message au public. Comment le design s’expose-t-il ? Dans quelle mesure l’espace d’un musée est-il un « outil » de communication ? Est-ce que nous pouvons parler de brand design également au musée ? Cette recherche avait pour but d’explorer les différentes formes de scénographie mises en espace par le designer en considérant l’adoption d’une série de conditions, assignées a priori dans le MUDAC, comme : le budget, l’espace, le temps de l’exposition et, enfin, la réalisation d’un catalogue.

L’objectif de cet article est de présenter les résultats d’une recherche menée en 2015 1 sur la typologie d’exposition temporaire du Mudac (Musée de design et d’arts appliqués contemporains) de Lausanne, nommée « carte blanche à un designer »2 et où le designer invité par le musée doit concevoir une exposition personnelle en sélectionnant lui-même ses œuvres et en créant sa propre scénographie. Le Mudac est un lieu d’échanges et de relations entre les différents domaines du design, des arts appliqués et de l’art contemporain. Succédant au Musée des arts décoratifs de Lausanne, il a ouvert ses espaces en juin 2000 en devenant le point de référence culturel d’une recherche transdisciplinaire qui conduit vers un laboratoire des nouvelles tendances. Le musée expose deux collections permanentes3, l’art du verre contemporain et la collection Jacques-Édouard Berger, qui présente différentes pièces d’art ayant appartenu à l’historien, principalement venant d’Égypte et de Chine. Parallèlement, depuis 2002, le musée ouvre ses espaces aux designers avec la série « carte blanche à »4. Cette exposition est née afin de « mettre en valeur »5, comme dans une vitrine6, la figure et le travail d’un designer et, en même temps, d’aborder des sujets actuels qui font l’objet de débats sur le design. En fait, le Mudac donne chaque année à un ou plusieurs designers – la plupart débutants – un espace où non seulement ils peuvent exposer leurs objets, mais aussi et surtout où ils peuvent élargir leurs propres visions et modes d’expressions à travers l’agencement d’un espace...

Le reste de l'article est disponible dans la version papier du numéro

Acheter
sur editions-harmattan.fr

Références

Andrea Branzi, 2009. Qu’est-ce que le design ?, Paris : Grund.

André Gob, 2010. Le musée, une institution dépassée ?, Paris : Armand Colin.

Benoît Héry, Monique Wahlen, 2012. De la marque au branding, vers un nouveau modèle : le cloud-branding, Paris : Dunod.

Guy Debord, 1992 [1967]. La société du spectacle. Paris: Gallimard.

Harvey Molotch, 2003. Where Stuff Comes from how toasters, toilets, cars, computers, and many other things. Come to be as they are, London and New York : Routledge.

Jean Davallon, 1992. « Le musée est-il vraiment un média ? », in Publics et Musées, n° 2, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Jean Davallon, 1999. L’exposition à l’œuvre: stratégies de communication et médiation symbolique, Paris : L’Harmattan.

Jean Davallon, 2004. « La médiation : la communication en procès ? », in MEI, nº 19, Paris : L’Harmattan.

Julie Bawin, 2014. L’artiste commissaire, entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée, Paris : Editions des archives contemporaines.

Jürgen Habermas, 1992. « L’espace public, trente ans après », in Quaderni, n° 18, Paris.

Jürgen Habermas, 1998 édition augmentée [1962]. L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris : Payot.

Marco Bassani, Saverio Sbalchiero, Kamel Ben Youssef, 2010. Brand design construire la personnalité d’une marque gagnante, Louvain-la-Neuve : De Boeck.

Stefan Sagmeister, 2011. Sagmeister : Another Book about Promotion and Sales Material, Lausanne : Mudac, Hermann Schmidt Mainz.

Textes réunis par Bernard Fibicher, 1995. L’art exposé : quelques réflexions sur l’exposition dans les années 90, sa topographie, ses commissaires, son public et ses idéologies, Sion : Musée cantonal des beaux arts.

Walter Benjamin, 2003 [1955], L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris: Allia.

Remerciements

Je tiens à exprimer mes remerciements aux membres du musée MUDAC pour leur accueil et leur disponibilité. Je remercie en particulier, Chantal Prod’Hom, directrice, Claire Favre Maxwell, directrice adjointe, Carole Guinard, scénographe et responsable des collections de bijou contemporain, Françoise Khenoune, bibliothécaire.

Notes de bas de page

1
La recherche a été conduite par Chiara Rubessi (du 12 janvier au 12 février 2015) au sein de l’institution muséale Mudac de Lausanne, Suisse. La recherche a été rendue possible grâce à la bourse de recherche (court séjour) donnée par l’école doctorale de l’Université Grenoble Alpes (« Stendhal »).

2
Dans la suite de l’article « carte blanche à ».

3
De nouveaux accrochages sont régulièrement proposés afin de permettre aux visiteurs de les voir progressivement dans leur intégralité.

4
Dans son usage courant, la « carte blanche » induit l’idée de transformer l’espace d’exposition en un terrain de rencontres et de débats ouvert à toutes les attitudes artistiques. Il s’agit d’inventer des temporalités différentes mettant au cœur de la problématique l’artiste et l’œuvre, ainsi que l’exposition comme scénario de rencontres.

5
Chantal Prod’Hom, directrice du Mudac, citation tirée de l’entretien avec Chiara Rubessi à l’occasion de son séjour de recherche au Mudac, le 9 février 2015.

6
À ce propos, dans le catalogue de son exposition « carte blanche à », le designer Stefan Sagmeister affirme : « Les expositions représentent aussi une forme d’autopromotion, elles “vendent” ce que nous sommes […]. » Voir Stefan Sagmeister, 2011. Sagmeister: Another Book about Promotion and Sales Material, Lausanne : Mudac, Hermann Schmidt Mainz.

7
Voir à ce propos Jean Davallon, 2004. « La médiation : la communication en procès ? », MEI, no 19, Paris : L’Harmattan, Jean Davallon, 1992. « Le musée est-il vraiment un média ? », in Publics et Musées, no 2, Lyon : Presses universitaires de Lyon.

8
Voir à ce propos Benoît Héry, Monique Wahlen, 2012. De la marque au branding – Vers un nouveau modèle : le cloud-branding, Paris : Dunod.

9
Jean Davallon, 1992. « Le musée est-il vraiment un média ? », op. cit., p. 108.

10
Nous ferons référence à l’Art. 3, section 1 des Statuts de l’Icom, adoptés par la 22e assemblée générale de l’Icom (Vienne, Autriche, le 24 août 2007). Voir à ce propos André Gob, 2010. Le musée, une institution dépassée ?, Paris : Armand Colin.

11
Voir à ce propos El Lissitzky, Le cabinet des Abstraits, 1928, musée d’Hanovre.

12
Voir à ce propos Paul Virilio, 1977. Vitesse et politique, Paris : Galilée.

13
Voir à ce propos, Walter Benjamin, 2003 [1955], L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris : Allia, p. 22.

14
Voir à ce propos Jürgen Habermas, 1998 édition augmentée [1962]. L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Jürgen Habermas, 1992. « L’espace public, trente ans après », in Quaderni, n° 18, Paris.

Paris : Payot. Guy Debord, 1992 [1967]. La société du spectacle. Paris : Gallimard.

15
Voir à ce propos Andrea Branzi, 2009. Qu’est-ce que le design ?, Paris : Gründ.

16
Voir à ce propos Harvey Molotch, 2003. Where Stuff Comes From: How Toasters, Toilets, Cars, Computers and Many Other Things Come to Be As They Are, London and New York: Routledge.

17
Nous reportons la liste, en ordre chronologique, des expositions des designers au Mudac jusqu’à la fin de l’année 2014 : Matali Crasset (du 19 septembre 2002 au 10 novembre 2002), Marcello Morandini/Design (du 26 novembre 2002 au 2 février 2003), Martí Guixé : Libre de Contexte (du 26 juin au 29 septembre 2003),  Yves Béhar du Concept au Commerce (du 10 mars 2004 au 6 juin 2004), America : Constantin Boym  (du 8 juin au 2 octobre 2005), Inout : Designers-Config.01 (du 7 mars au 5 juin 2006), Tac-Tic. Florence Doléac (du 28 juin au 24 septembre 2006), Style Fisrt. Mieke Gerritzen (du 17 octobre 2007 au 17 février 2008), Pierre Charpin entre les vases (du 4 mars au 1er juin 2009), Sagmeister. Another exhibit about Promotion and Sales Material (du 9 mars au 13 juin 2011), Adrien Rovero. Landscale (du 4 juillet au 28 octobre 2012), Wunderkammer. Marian Bantjes (du 2 juillet au 5 octobre 2014).

18
Morandini a réalisé une paroi d’inspiration théâtrale.

19
Les lampes exposées sont aussi la source d’éclairage de l’espace d’exposition.

20
Jean Davallon, 1992. « Le musée est-il vraiment un média ? », op. cit., p. 115.

Chiara Rubessi

Docteur associé au laboratoire CINESTHEA
à l’UGA Université Grenoble Alpes
chiara.rubessi@doctorant.univ-grenoble.fr

Article précédent

« Exposer le design par le design : Une approche communicationnelle d’une exposition des frères Bouroullec au Musée des arts décoratifs. »
Marie-Sylvie POLI - Brigitte AUZIOL
Retour au sommaire