Des choses dans les musées : mutations et permutations sémiotiques

Catherine SAOUTER

MOTS-CLÉS : musée, expôt, mise en exposition, typologie, management culturel

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : Le musée contemporain, institution gardienne des patrimoines d’une société, est désormais aussi une entreprise culturelle dédiée à la promotion tant de ses collections, que de ses activités et de son image.
À ce titre, le musée élabore des stratégies parfois fort subtiles, en matière d’exposition et de communication auprès des publics lesquelles ont pour conséquence, de provoquer une mutation du statut des objets. La présente étude montre, comment la discrimination entretenue traditionnellement entre les objets de collection ou d’exposition et ceux dédiés à des fonctions adjuvantes ou logistiques est abolie pour les verser tous dans un vaste réservoir de signes au service d’un discours global voulu par le musée, assignant tel ou tel statut à tel ou tel objet, au gré des nécessités sémiotiques et communicationnelles. Partant d’une typologie de l’objet développée à partir de la notion d’expôt (Pomian, 1994), l’étude prend appui sur des cas exemplaires en la matière, parmi lesquels le Musée Guggenheim à Bilbao et le Musée des Beaux-arts de Montréal.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
Des choses dans les musées : mutations et permutations sémiotiques

Catherine SAOUTER

Université du Québec à Montréal,
Institut du patrimoine
saouter.catherine[at]uqam.ca

Article précédent

« De l’esthétique d’expositions »
Marie RENOUE
Retour au sommaire