Modèle diglossique de l’évolution des villes algériennes : Constat et éléments de réponse

Abdelkader MEBROUKI - Nabil ROUBAÏ CHORFI

MOTS-CLÉS : ville, diglossie, scénario urbain, systémique, organisation

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : Une expérience pédagogique sur l’évolution urbaine de la ville de Mostaganem, oscillant entre étalement planifié et décisions politiques spontanées, nous a permis d’identifier un phénomène assimilé à la diglossie.

Ce phénomène se traduit par l’apparition de disjonctions dans les interactions mêlant penseurs et décideurs de la ville, car, de la même manière que se mêlent et se confrontent dans la société algérienne arabe dialectal, français et arabe littéraire dans les différentes manifestations sociales et politiques, l’urbanisme se développe sans jalons, entre outils d’urbanisme désuets et décisions autocratiques populistes.

Dès lors, il est question du prestige accordé à l’un ou l’autre des canaux de prises de décisions et de leur légitimation. Ainsi, nous remarquerons parfois les dispositions juridiques d’un outil d’urbanisme inféodées à la vision éclairée du décideur. Le premier, bien que réglementaire et opérationnel est jugé dépassé et déshumanisé en comparaison avec la décision politicienne certes discrétionnaire, mais progressiste.

L’expérience décrite dans cet article adopte une méthodologie empruntée à la modélisation systémique des relations. Il s’agit ici d’un dispositif urbanistique de scénarisation censé restreindre la diglossie à travers la récursivité de propriétés émergentes issues de boucles de rétroaction. Tout en reprenant les principes de base de la pensée systémique, un outil d’aide à la décision est proposé pour unir les acteurs de la diglossie sous le principe de totalité systémique. Il indique la finalité du processus de composition de la ville par l’homéostasie.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
Modèle diglossique de l’évolution des villes algériennes : Constat et éléments de réponse

Abdelkader MEBROUKI - Nabil ROUBAÏ CHORFI

Professeur, Laboratoire LCTPE, Université AbdelHamid Ibn Badis de Mostaganem, Algérie abdelkader.mebrouki[at]univ-mosta.dz
Doctorant, Laboratoire LCTPE, Université AbdelHamid Ibn Badis de Mostaganem, Algérie nabil.roubaichorfi[at]univ-mosta.dz

Article précédent

« Architecture et médiation : des outils pour le renouvellement urbain »
Rémy VIGNERON
Retour au sommaire