La délicatesse de l’invention. Au-delà du design du contrôle et du beau geste électronique

Pierluigi BASSO FOSSALI

MOTS-CLÉS : design, beau geste, ergonomie, technicité, invention

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : L’article cherche à montrer que les technologies électroniques devraient échapper à deux mythes : le fonctionnalisme rigide et le beau geste, l’équilibre entre économie, éthique et esthétique des actes codés étant souvent la justification pour des cartographies préalables des actions possibles qui absorbent finalement toute créativité. Si la subjectivité est avant tout une résistance à la répétition et une interposition critique à l’automatisation, le design peut se proposer comme un incubateur de gestes où la médiation technologique sert en tant que protention explorative. À la place de la rigidité des procédures et de leurs domaines d’application, le geste électronique peut aujourd’hui construire sa propre niche critique où tester la délicatesse des paradigmes de rationalité imposés et expérimenter éventuellement sa propre efficacité dans un terrain pas encore « cultivé ». La pluralisation des perspectives de rationalisation et de finalisation possible demande une ergonomie « semi-finie » et un atermoiement de l’usager, afin de permettre une recomposition des frontières identitaires, une redistribution des appréciations collectives et une réinitialisation expérimentale des modalisations (pouvoir/devoir/savoir/vouloir faire).

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
La délicatesse de l’invention. Au-delà du design du contrôle et du beau geste électronique

Pierluigi BASSO FOSSALI

Université Lumière Lyon 2, UMR 5191 ICAR

Article précédent

« Notes sur le cinéma en réalité virtuelle. Des polarités dialectiques au geste énonciatif »
Luca ACQUARELLI - Matteo TRELEANI
Retour au sommaire