MEI | Médiation Et Information

Comment le design intuitif communique-t-il ?

Disponible en version imprimée

Jérôme Guibourgé - Audrey Moutat

MOTS-CLÉS : Design intuitif, Sémiotique, Intuitivité, Factitivité, Inter-objectivité, Utilisabilité, Mémoire gestuelle, Sémiose perceptivo-pratique

Cet article vise à déterminer les principes fonctionnels du design intuitif, entendu comme un dispositif communicationnel qui énonce tacitement son utilisabilité. Il s’agira de montrer comment un tel design parvient à convoquer à travers des structures d’objet, des schémas sensibles et sensori-moteurs emmagasinés dans la mémoire du designer et de l’usager. En effet, relevant à la fois de la démarche créative du concepteur alors libéré de toutes contraintes formelles et de la pratique interprétative d’un usager qui cherche à s’approprier l’objet, l’intuition est ainsi énoncée par le design afin de permettre une « connaissance ou compréhension immédiate sans intervention d’une pensée rationnelle ou d’une déduction logique ». Lié au principe de factitivité, le design intuitif propose un faire-savoir tacite qui consiste en la reconnaissance d’une homologation entre les dispositions corporelles d’un usager et les propriétés sensibles des objets selon la scène pratique qu’ils intègrent.
À partir d’un corpus de photographies d’outils de jardinage et de leur mise en situation, nous montrerons ainsi que ce faire-savoir tacite intègre un processus communicationnel articulé en trois niveaux : (i) Intuitivité du design dans un dispositif de communication, lequel fournit un cadrage situationnel de l’objet; (ii) Intuitivité du design des fonctions à travers les gestes : les fonctions de l’objet qui participent à son utilisabilité convoquent des gestes de l’utilisateur ; ceux-ci peuvent être ou ne pas être intuitifs ; (iii) Matérialisation de l’intuitivité dans le design : le design devient un discours dont la syntaxe permet de réguler les ajustements entre l’objet et l’usager par une réactivation de la mémoire gestuelle et pratique. Identifier ces schémas sensibles et sensori-moteurs ainsi articulés permettra notamment de fonder la grammaire à partir de laquelle le design intuitif peut communiquer son intuitivité.

 

De l’intuitivité en design

Dans Mouvements modernes en architecture, l’architecte et historien Jencks (1973) utilise le terme « intuitif » pour nommer un mouvement en design. Celui-ci est lié à l’intuition du créateur qui cherche à intégrer les interactions entre humain, objet et nature, à l’instar des productions de Charles et Ray Eames. Ainsi, il relève de l’énonciateur dont il détermine le faire créatif. À la suite du professeur en sciences cognitives Norman, l’intuitivité passe du côté de l’utilisateur et devient une démarche interprétative. L’auteur la lie au concept d’affordance qu’il emprunte à Gibson (1977) lors de leurs échanges à La Jolla (Norman, 2013). Il formule ainsi sa conception de l’intuitivité et du design centré utilisateur : « When you first see something you have never seen before, how do you know what to do? » (Norman, 1999). Mais Norman au final parle de « discoverability » plutôt que d’intuitivité pour exprimer la capacité de l’objet à nous faire découvrir les interactions qu’il propose, l’intuitivité devenant alors une partie de la « discoverability ». Celle-ci résulte de l’application correcte de six principes psychologiques dont les propriétés ne relèvent pas toutes de l’intuition : « affordances, signifiers, constraints, mapping, feedback and conceptual model » (Norman, 2013 : 10). L’affordance réelle est définie comme « a relationship between the properties of an object and the capabilities of the agent that determine just how the object could possibly be used.» (Norman, 2013 : 11). L’affordance perçue se rapproche du signifiant : « If an affordance...

Le reste de l'article est disponible dans la version papier du numéro

Acheter
sur editions-harmattan.fr

Références

Belkhamsa, S. & Darras, B. (2009a). L’objet et le cycle des habitudes et des changements d’habitudes. Approche sémiotique. In B. Darras et S. Belkhamsa. Objets et Communication. MEI 30-31. Paris : L’Harmattan, 147-160

Blandin, B. (2002). La construction du social par les objets Paris : P.U.F

Darras, B. et Belkhamsa, S. & Darras, B. (2009b). Modélisation dynamique de la communication de l’objet. Approche systémique et sémiotique. In B. Darras et S. Belkhamsa. Objets et Communication. MEI 30-31. Paris : L’Harmattan, 161-184

Deni, M. (2005). Les objets factitifs. In J. Fontanille et A. Zinna. Les objets au quotidien. Limoges : Pulim, 79-96

Fontanille, J. (2011). Corps et sens. Paris : P.U.F

Gibson, J. J. (1977). The theory of affordances. In R. Shaw et J. Brandsford. Perceiving, Acting, and Knowing: Toward an Ecological Psychology. Hillsdale : Lawrence Erlbaum Associates, 67-82

Hodgkinson, G. P. (2008). Intuition: A fundamental bridging construct in the behavioural sciences. British Journal of Psychology. 99.1. 1-27

Jencks, C. (1973). Mouvements modernes en architecture. Bruxelles : Pierre Mardaga Jencks, C. (2000). Jencks’s theory of evolution: an overview of twentieth-century architecture. Architectural Review. 208, n° 1241. 76-79

Leroi-Gourhan, A. (2010). L’homme et la matière. Paris : Albin Michel

Leroi-Gourhan, A. (2014a). Le geste et la parole, technique et langage (Vol. 1). Paris : Albin Michel

Leroi-Gourhan, A. (2014b). Le geste et la parole, la mémoire et les rythmes (Vol. 2). Paris : Albin Michel

Norman, D. (1999). Affordance, conventions and design. IX Interactions. VI.3. 38-43

Norman, D. (2013). The design of everyday things. New York : Basic Books

Polanyi, M. (2009). The Tacit dimension (éd. Revised). Chicago : University Of Chicago Press.

Rabardel, P. (1995). Les hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains. Paris : Armand Colin

Sadler-Smith, E. & Shefy, E. (2004). The intuitive executive: Understanding and applying ‘gut feel’. Decision making. Academy of Management Executive. 18 (4). 76-91

Spool, J. M. (2005). What makes a design seem ‘intuitive’? En ligne. https://articles.uie.com/design_intuitiv
e/

Zinna, A. (2005). L’objet et ses interfaces. In J. Fontanille et A. Zinna. Les objets au quotidien. Limoges : Pulim, 161-192

Notes de bas de page

1
Il s’agit de l’intuitivité des fonctions à travers les « gestes ». Les fonctions de l’objet qui participent à son utilisabilité convoquent des « gestes » de l’utilisateur.

Jérôme Guibourgé - Audrey Moutat

Consultant, Enseignant à l’Ecole de Design de Nantes, Chercheur associé CeReS, Université de Limoges, jerome.guibourge@sensetdesign.fr
Enseignant chercheur CeReS, Université de Limoges, audrey.moutat@yahoo.fr

Article précédent

« Design d’interfaces : du dialogue homme-machine au support médiatique »
María Inés Laitano - Philippe Bootz
Retour au sommaire