Apprendre l’histoire à Auschwitz : l’expérience d’une histoire écrite avec des objets

Nathanaël WADBLED

MOTS-CLÉS : culture matérielle, expérience de visite, éducation, mémoire, tourisme

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : Lorsque les élèves, ayant participé à un voyage scolaire au Musée-Mémorial d’Auschwitz-Birkenau, racontent leur visite, ils disent qu’ils ont avant tout appris quelque chose. Cette affirmation peut sembler paradoxale dans la mesure où, dans le même temps, ils reconnaissent ne pas avoir de connaissance sur l’histoire de la Shoah en général et du camp en particulier. Pour comprendre cette situation il faut se poser la question de ce qu’ils veulent dire lorsqu’ils utilisent le verbe « apprendre ». Il ne renvoie pas au fait d’intégrer des informations qui leur seraient données de manière discursive ou conceptuelle sur le modèle de ce qu’offrent un livre ou un cours d’histoire. Les élèves apprennent de manière sensible, des informations qui ont une forme sensible en ressentant et en s’imaginant. Ils n’apprennent pas une idée de ce qu’a été Auschwitz mais font l’expérience de son incarnation.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
Apprendre l’histoire à Auschwitz : l’expérience d’une histoire écrite avec des objets

Nathanaël WADBLED

Université de Lorraine-CREM
nathanaël_3009[at]yahoo.fr

Article précédent

« Des choses dans les musées : mutations et permutations sémiotiques »
Catherine SAOUTER
Retour au sommaire