Du displaying à la spectacularisation. Une contribution sémiotique aux enjeux de la pratique d’exposition

Giacomo FESTI

MOTS-CLÉS : sémiotique de l’exposition, spectacularisation, dramatisation, olmi in brera, lazzerini’s skulls

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : L’exposition est conçue ici en tant que pratique qui exalte la dimension médiatrice de la signification, du moment qu’elle va proposer un environnement soit matériel (sensible), soit immatériel (discursif) à l’œuvre. Un cadre théorique est offert, où l’on distingue au moins trois sous-espaces de la mise en relation propre à l’exposition (de proximité, de déambulation, d’abstraction critique). Ces paliers analytiques sont mis à l’épreuve par certaines évolutions récentes des arts contemporains. La conceptualisation des stratégies de spectacularisation et de dramatisation, en particulier, est développée pour aboutir à l’interprétation de deux solutions exposales : la collaboration entre l’Académie de Brera à Milan et le metteur en scène Ermanno Olmi visant à valoriser l’exposition des deux tableaux de Mantegna et Bellini, et l’œuvre/installation Skulls de Lazzerini. Les deux cas sont complémentaires, dès qu’ils inversent les relations entre des stratégies stratifiées de dramatisation et de spectacularisation.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
Du displaying à la spectacularisation. Une contribution sémiotique aux enjeux de la pratique d’exposition

Giacomo FESTI

NABA (Nouvelle Académie des Beaux-Arts de Milan),
giacomo.festi[at]gmail.com

Article précédent

« Figurations auctoriales et dispositifs muséaux : l’exposition comme espace de médiation de la littérature »
Carole BISENIUS-PENIN
Retour au sommaire