Nudge and the politics of wellbeing: bringing biopower into dialogue with critical discourse analysis

Jane MULDERRIG

MOTS-CLÉS : nudge, économie comportementale, biopouvoir, analyse critique de discours, politique contre l’obésité

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE : Cet article étudie les processus textuels du biopouvoir moderne en analysant l’utilisation du « Nudge » dans la politique de santé. Il amène le concept de « biopouvoir » de Foucauldian à dialoguer avec l’analyse critique du discours pour étudier l’utilisation croissante des idées issues de l’économie comportementale (ou « Nudge ») dans la politique britannique de la santé. L’analyse montre comment l’ordre ambiant du discours fournit les conditions pour des interventions politiques individualistes et consuméristes. Destinée aux enfants, la campagne de marketing social anti — obésité « Change4Life » simplifie et déforme les connaissances spécialisées sur l’obésité, tout en rendant pathologiques les modes de vie des classes ouvrières. Grâce à des avertissements de risque de maladie biomédicale et des slogans de changement de comportement approuvés commercialement, les enfants sont inculqués dans la citoyenneté active et autodisciplinaire. Je remets en question ses prétentions à « responsabiliser » les citoyens en changeant leurs préférences en matière de modede vie et je soutiens que cela offre plutôt la possibilité aux gouvernements d’ignorer les inégalités socio-économiques. L’attribution en 2017 du prix Nobel au théoricien du Nudge, Richard Thaler indique l’tétendue de son influence dans la gouvernance contemporaine.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
Nudge and the politics of wellbeing: bringing biopower into dialogue with critical discourse analysis

Jane MULDERRIG

lecturer in Applied Linguistics and Director of the MA in
Applied Linguistics, University of Sheffield, UK:
j.mulderrig[at]sheffield.ac.uk

Article précédent

« Réception des publicités sociales et promotion de la santé publique. Le cas des affiches sur le gaspillage alimentaire »
Mona JUNGER-AGHABABAIE
Retour au sommaire